Upcoming Issues | CFPs

Rolling Call | Open Calls | Upcoming Issues


 Rolling Call

You can download our Rolling Call for Papers here: in English / en Français

If you are interested in contributing a peer-reviewed scholarly article, please contact Imaginations’ Editor-in-Chief sheena.wilson@ualberta.ca, cc: imaginations@ualberta.ca | If you are interested in writing a short review on any event or publication, please contact Elicitations reviews editor Tara Milbrandt milbrand@ualberta.ca, cc: imaginations@ualberta.ca

Si vous souhaitez soumettre une critique littéraire comparative examinée par des pairs, veuillez contacter la rédactrice en chef d’Imaginations à sheena.wilson@ualberta.ca et ajouter en copie imaginations@ualberta.ca | Si vous souhaitez soumettre la courte critique  d’un évènement ou d’une publication, veuillez contacter l’éditrice d’Elicitations, Tara Milbrandt: milbrand@ualberta.ca et ajouter en copie: imaginations@ualberta.ca.


Open Calls

Visibility and Translation Visibilité et traduction

Reimaging BreastsRéimaginer les seins


Upcoming Issues

The Mise-en-scène of a Decade: Visualizing the 70s | La mise en scène d’une décennie : visualiser les années 1970
Marshall McLuhan and The Arts | Marshall McLuhan et les arts
Critical Relationality | L’autochtone et queer au-delà de la nature et du sexe coloniaux
Fashion Cultures and Media – Canadian PerspectivesCultures et médias de la mode – Perspectives canadiennes


The Mise-en-scène of a Decade: Visualizing the 70s

Of the countless movements of switching, inserting, pressing and the like, the “snapping” of the photographer has had the greatest consequences. A touch of the finger now sufficed to fix an event for an unlimited period of time. The camera gave the moment a posthumous shock, as it were.
—Walter Benjamin, 1939

Editors | Nathan Holmes and Andrew Pendakis

Though we are tempted to imagine time as inherently promiscuous—freely related to moments both past and still to come—it is clear that certain moments are uniquely entangled with each other, linked by a kind of historically necessary energy of filiation or disavowal. In a structure loosely analogous to that of the unconscious of an individual subject, a time enters into what can only be called an obsessive compulsive orbit with another period or era: it falls in love, though the parameters here are not those of transparency or fullness, but constitutive dependency and misrecognition. It may be that our own present exists in precisely such a relationship to the 1970s.

Within contemporary media culture, the visuality of the 1970s is more variegated and accessible than ever before, opening up an era once reduced to bellbottoms and disco-balls to far more differentiated understandings that are able to draw on a fully-globalized reserve of forms and styles. In addition to being expanded, the political, technological, and social coordinates of the present also draw us toward images of spaces and technologies that have radically transformed or sit on the precipice of disappearance. Material residues of industrial, suburban, and consumer environments threatened by advancing development or simply abandoned as ruins are identified and exhaustively cataloged by internet communities. Films from the period are experienced as affectively-charged artifacts of urban and technological life-worlds long since vanished. Moreover, new techniques of nostalgia dot the landscapes of popular media, from popular retro photo filters and throwback graphics, to the meticulous production design of period films and television. In the film remake of Tinker, Tailor, Solider, Spy (2012), for example, we are not merely presented with a narrative set in the 1970s, but one that is somehow obsessively about the decade itself (as a visual whole). Such films express a kind of restless analytical desire for what we would like to call the “mise-en-scène” of the 1970s, a kind of politico-aesthetic totality that nevertheless always remains just outside the frame. We are interested in the cultural origins of this desire for, and perpetual invocation of, the decade and its “spirit.” What obscure needs or desires are being met here?

For all its seeming heterogeneity, it should also be said that our contemporary fascination with the 1970s remains organized around a set of tropes that unconsciously reproduce the seeming naturalness and necessity of today’s governing political ideals. Neoliberalism in many ways survives precisely on the basis of a highly codified set of images—what we might call “stock footage”—that colour our sense for the decade and its possibilities. It does this by consistently returning to notions of the period as hangover, narcissism, decadence, decline, and crisis—a fearful montage of strikes, shortages, states of emergency, addictions, and panic. When foregrounded, this works to produce an idea of the 1970s as gross error, an untenable, structurally necessitated mess generated by the complacency, indulgence, and stubbornness of the welfare state. Instead of being a crossroads of possibility, a conjuncture plied by myriad speculative futures, the 1970s becomes a simple crisis or problem. It is within the givenness of crisis that neoliberal austerity comes to appear as necessary, a severe, but fundamentally sound treatment designed for a body that would die without it. It is our sense, however, that the visuality of the 1970s also contains myriad repressed political possibilities and potential. One question we are posing then, is how to deploy images from the 1970s in ways that intervene in, rather than merely reproduce or buttress our moment’s imperceptible common sense. Can our preoccupation with images from and of this time be used in some way to reconfigure or re-energize the present?

This special issue invites contributions invested in exploring the intersections between the 1970s and its many visual afterlives and echoes. Our desire to re-think the recent past occurs in a present-day context in which it is increasingly difficult, yet necessary, to imagine alternative futures. But instead of abandoning the past (and its afterlives) as mere fantasia or the prerogative of reminiscence, perhaps a productive route forward could be found by describing the past in more precise ways and in reflecting on the desires it continues to provoke in us, expanding its inventory of images, with an eye to what such an expansion can teach us about the limits of the present itself. Here we are guided by the relationship to the past explored by both Benjamin and Adorno, figures who mine historical forms not in the mode of a merely psychological nostalgia or as a way of avoiding the present, but as the dynamic site of collectively repressed dreams and possibilities. We are therefore interested in contributions that engage the decade as residue and reproduction, as a material form that extends to us from the period, as a symbolic act rooted in the present which seeks to give life to a time now vanished or changed, or artistic attempts to name, critique, or perform the decade in some way. In the spirit of developing fresh visual constellations we are looking for a mise-en-scène that allows us to see the 1970s more clearly in its hold on, and relation to, the present.


La mise en scène d’une décennie : visualiser les années 1970

Of the countless movements of switching, inserting, pressing and the like, the “snapping” of the photographer has had the greatest consequences. A touch of the finger now sufficed to fix an event for an unlimited period of time. The camera gave the moment a posthumous shock, as it were.
— Walter Benjamin, 1939

Éditeurs | Nathan Holmes and Andrew Pendakis

Bien que nous soyons tentés d’imaginer le temps comme intrinsèquement contigu, lié aux moments passés et à venir, il est clair que certains moments sont enchevêtrés les uns avec les autres, liés par une sorte d’énergie de filiation ou de reniement historiquement nécessaire. Dans une structure vaguement comparable à celle de l’inconscient d’une personne, un temps entre dans ce qu’on ne peut qu’appeler une orbite obsessionnelle compulsive avec une autre période ou époque : il tombe amoureux, bien que les paramètres ici ne soient pas ceux de transparence ou de plénitude, mais de dépendance constitutive et de méconnaissance. Il se peut que notre propre présent existe précisément dans une telle relation avec les années 1970.

Dans la culture médiatique contemporaine, la visualité des années 1970 est plus hétérogène et plus accessible que jamais, ouvrant une ère autrefois réduite à des pantalons pattes d’éléphant et des boules disco à des interprétations beaucoup plus différenciées qui peuvent puiser dans une réserve de formes et de styles entièrement mondialisés. En plus de s’élargir, les coordonnées politiques, technologiques et sociales du présent nous attirent également vers des images d’espaces et de technologies qui se sont radicalement transformés ou qui se retrouvent au bord du précipice. Les reliques des environnements industriels, de banlieue, et de consommation menacés par le développement économique ou simplement abandonnés et en ruine, sont identifiées et cataloguées de manière exhaustive par les communautés Internet. Les films de la période sont perçus comme des artefacts chargés d’émotions et comme des gardiens d’univers urbains et technologiques qui ont depuis longtemps disparu. De plus, de nouvelles techniques de nostalgie mettent l’accent sur les paysages de médias populaires, de filtres photos à effet rétro et des graphiques vintages, à la conception et production méticuleuse des films et émissions de télé d’époque. Par exemple, dans le remake du film Tinker, Tailor, Soldier, Spy (2012), nous ne sommes pas seulement placés devant un récit qui prend place dans les années 1970, alors qu’il témoigne aussi d’une obsession pour la décennie elle-même (en tant que tout visuel). De tels films expriment une sorte de désir analytique turbulent pour ce que nous aimerions appeler la « mise en scène » des années 1970, une sorte de totalité politico-esthétique qui reste toujours juste en dehors du cadre. Nous sommes intéressés par les origines culturelles de ce désir et par l’invocation perpétuelle de la décennie et de son « esprit ». Quels besoins ou désirs obscurs sont rencontrés ici?

Avec son hétérogénéité apparente, il faut aussi souligner que notre fascination contemporaine pour les années 1970 reste organisée autour d’un ensemble de tropes qui reproduisent inconsciemment la naturalité et nécessité apparente des idéaux politiques des gouvernements actuels. À plusieurs égards, le néolibéralisme survit précisément sur la base d’un ensemble d’images hautement codifié, qu’on pourrait appeler « métrage d’archives », qui influence nos sentiments pour la décennie et ses possibilités. Cela se fait en revenant constamment aux notions de la période telles que la gueule de bois, le narcissisme, la décadence, le déclin, et la crise, un montage effrayant de grèves, de pénuries, d’états d’urgence, de dépendances, et de panique. Mises de l’avant, ces notions présentent les années 1970 comme une erreur grossière, comme un désordre intenable et structurellement nécessaire généré par la complaisance, l’indulgence et l’entêtement de l’État-providence. Au lieu d’être un carrefour de possibilités, une conjoncture portée par une myriade d’avenirs spéculatifs, les années 1970 deviennent une simple crise ou un problème. C’est dans le cadre de la crise que l’austérité néolibérale apparaît comme nécessaire, comme un traitement sévère, mais fondamentalement valable, conçu pour un corps qui allait mourir sans elle. Cependant, nous pensons que la visualité des années 1970 comporte aussi une myriade de possibilités et de potentialités politiques réprimées. Une question que nous posons alors est de savoir comment déployer des images des années 1970 de manière à intervenir, plutôt que de simplement reproduire ou renforcer le bon sens imperceptible du moment. Est-ce que notre préoccupation pour les images de cette époque peut être utilisée de quelque manière que ce soit pour reconfigurer ou redynamiser le présent?

Ce numéro spécial invite les auteurs à soumettre des contributions qui explorent les intersections entre les années 1970 et ses nombreux échos et retombées visuels. Notre désir de repenser le passé récent se produit dans un contexte actuel dans lequel il est de plus en plus difficile, mais nécessaire d’imaginer des futurs alternatifs. Mais au lieu d’abandonner le passé (et ses retombées) comme une simple fantaisie ou une prérogative de la réminiscence, peut-être serait-il plus productif de décrire le passé de manière plus précise en réfléchissant sur les désirs qu’il continue de provoquer en nous en élargissant son inventaire d’images et ce, en portant une attention particulière à ce qu’une telle expansion peut nous apprendre sur les limites du présent lui-même. Nous sommes guidés par la relation avec le passé explorée par Benjamin et Adorno, des personnages qui explorent les formes historiques non pas comme une simple nostalgie psychologique ou un moyen d’éviter le présent, mais comme un terrain dynamique formé de possibilités et d’espoirs réprimés collectifs. Nous sommes donc intéressés par des contributions qui appréhendent la décennie comme une relique et une reproduction, comme une forme matérielle qui dépasse la période, comme un acte symbolique enraciné dans le présent qui cherche à donner vie à un temps maintenant disparu ou changé. Nous sommes également à la recherche de contributions artistiques qui tentent de nommer, critiquer, ou d’interpréter la décennie d’une manière ou d’une autre. Dans l’esprit de développer de nouvelles myriades visuelles, nous recherchons une mise en scène qui nous permet de voir les années 1970 de manière plus claire quant à son emprise et à sa relation avec le présent.


 

Marshall McLuhan and The Arts

The artist tends now to move from the ivory tower to the control tower of society.
—Marshall McLuhan, Understanding Media (1964)

Editors | Adam Lauder and Jaqueline McLeod Rogers

This special issue exploring “Marshall McLuhan and the arts” encourages new approaches to the study of McLuhan’s influential theses on perception, design, and the built environment as well as the artist’s changing role in postindustrial society. Submissions will excavate previously unknown, or lesser-known, narratives and linkages, and/or engage contemporary resonances and possibilities for intersection with current critical theories and debates.

Recent years have been witness to McLuhan’s re-emergence as a major interdisciplinary thinker whose writings bridge the study of communication, culture, and technology. The computational, materialist and sensorial foci of his thought offer suggestive alternatives to approaches and assumptions embedded in the linguistic turn. Our volume calls for papers that explore his work on design, perception, and visualization as well as how his insights continue to inform or otherwise connect up with current art and design production as well as theories about their place and meaning in contemporary culture.

McLuhan rose to prominence as a public intellectual in the mid-1960s; his scholarship was always responsive to contemporary developments and unfolded as a series of shifting collaborations. As a result, his work registers the impact of that decade of disruptive change on such topics of continuing relevance as networks, embodiment, and sensory knowing (among others). Yet it is not only in reading the work of his contemporaries—Jaqueline Tyrwhitt, Buckminster Fuller, and even Jane Jacobs, to name but a few—that one hears echoes of McLuhan. Equally interesting are the ways in which current art and design theory invokes this history, sometimes directly, yet more often without fully acknowledging McLuhan’s legacy. Amidst the contemporary climate of crisis, we encourage new and inclusive perspectives on McLuhan’s modelling of the dynamics of art and social change.

 


Marshall McLuhan et les arts

L’artiste tend aujourd’hui à se déplacer de la tour d’ivoire à la tour de contrôle de la société
— Marshall McLuhan, Pour comprendre les médias (1964)

Éditeurs | Adam Lauder and Jaqueline McLeod Rogers

Ce numéro spécial « Marshall McLuhan et les arts » propose d’explorer de nouvelles perspectives dans l’étude des thèses majeures de McLuhan sur la perception, le design et l’environnement urbain, ainsi que sur le rôle de l’artiste dans la société postindustrielle. Les contributeurs sont invités à analyser des textes déjà connus ou peu étudiés, à les comparer et à souligner leurs résonnances avec les théories critiques contemporaines.

Depuis quelques années, nous assistons à une reviviscence des recherches sur McLuhan autour de la portée interdisciplinaire de ses écrits qui permet d’établir des liens entre les études sur la communication, les études culturelles et la technologie, pour ne citer que trois domaines.  En outre, l’intérêt de McLuhan pour les médias, et plus généralement pour les mondes matériel et sensoriel, offre des alternatives stimulantes aux approches critiques ancrées dans le linguistic turn. Ce numéro d’Imaginations sollicite des articles qui approfondissent les recherches de McLuhan sur le design, la perception, et la visualisation. Nous proposons d’étudier comment ses idées continuent d’être d’actualité et de trouver des échos dans les productions artistiques et dans le design contemporain, ainsi que dans les théories sémiotiques ou dans le domaine de la rhétorique.

Marshall McLuhan a connu une grande notoriété comme intellectuel public au milieu des années 1960. Ses recherches se sont sans cesse alignés sur les avancées contemporaines et ont donné lieu à une série de collaborations novatrices. Ainsi, son travail évoque les années 1960 comme une décennie de grands changements dans la cybernétique, dans les médias, dans les connaissances sur la neurologie des sens, etc. Néanmoins, l’influence de McLuhan n’est pas seulement perceptible dans les travaux de ses contemporains –Jaqueline Tyrwhitt, Buckminster Fuller, ou Jane Jacobs, pour ne nommer que ceux-ci. Elle l’est également dans les théories sur l’art et le design aujourd’hui qui évoquent son parcours parfois ouvertement, parfois hélas sans reconnaître entièrement son héritage. C’est pourquoi, dans le climat contemporain de crises diverses, nous invitons les chercheurs à considérer des approches nouvelles et inclusives sur la manière dont McLuhan inspire et sert de modèle à des dynamiques de transformation dans les arts et la société.


Critical Relationality: Indigenous and Queer Belonging Beyond Settler Sex & Nature

Editors | Kim TallBear and Angie Willey

FALL 2017 Special Issue Of Imaginations: Journal Of Cross-Cultural Image Studies/ Revue D’études Interculturelles De L’image

This special issue seeks submissions that document, provoke, or imagine relations between humans, and between humans and nonhumans that go beyond and trouble normative categories of “nature,” “sex,” and “love.” These manifest, for example, in hierarchical, anthropocentric, hetero- and homonormative, monogamous, marriage-centric and other settler-colonial forms of kin, kind, and relating. Ideas of what is natural are always paramount in settler invocations of what are considered the right ways to relate. Our focus on indigenous (“traditional” and/or “resurgent”), queer, and other consciously critical forms of relating takes inspiration from innovative work within the potentially articulated fields of indigenous studies; feminist, queer, and trans theory; disability and crip studies; critical race studies; science studies; and performance studies. We are looking for submissions in which scholars, artists, and other thinkers interrogate normative, especially state-sanctioned forms of relating.


L’appartenance autochtone et queer au-delà de la nature et du sexe coloniaux

Editrices | Kim TallBear and Angie Willey

Ce numéro spécial invite les auteurs à soumettre des contributions qui document, provoquent, ou imaginent des relations entre les êtres humains et entre les êtres humains et non humains qui perturbent et vont au-delà des catégories normatives « nature », « sexe » et « amour ». Ces relations se manifestent, par exemple, de manière hiérarchisée, anthropocentrique, hétéro et homonormative, monogame, matrimoniale et par d’autres formes coloniales de parenté et de relation. La conception de ce qui est naturel prime toujours dans les invocations des colons de ce qui est considéré comme la bonne façon de s’associer.

Notre choix de mettre l’accent sur des formes autochtones (« traditionnelles » et/ou « renaissantes », queer, et sur d’autres formes critiques délibérées concernant l’association s’inspire de travaux novateurs dans les domaines des études autochtones, de la théorie féministe, queer et trans, des études sur l’invalidité, des études critiques raciales, des études en science et des études en arts du spectacle. Nous invitons les auteurs à soumettre des contributions dans lesquelles des universitaires, des artistes, et d’autres penseurs remettent en question les formes normatives de la parenté, en particulier celles sanctionnées par l’État.


Fashion Cultures and Media – Canadian Perspectives

Editors | Katrina Sark and Elena Siemens

This special issue on Fashion Cultures and Media profiles interdisciplinary research and artistic output by the Canadian Fashion Scholars Network. Founded in 2014, this association gathers Canadian scholars, fashion artists, designers, and other fashion professionals. The Network’s annual symposia has taken place in Montreal (McCord Museum, 2014), Vancouver (Museum of Vancouver, 2015), and Toronto (Bata Shoe Museum, 2016). This issue includes sections on “Consuming Canada,” “Fashion Culture,” and “Fashion Media,” as well as two critical introductions by the co-editors. As the scholarly and artistic contributions to this volume demonstrate, fashion media and fashion cultures are inextricably linked. Critical studies of  fashion media and fashion cultures are still largely under-represented in Canadian Fashion Studies. Analyzing fashion cultures requires interdisciplinary and comparative approaches and methodologies. It presupposes an understanding of fashion and of culture as complex frameworks of cultural analysis that can be multifaceted and contradictory, and often challenge disciplinary training as feminists, historians, theorists, literary and media critics and scholars. The contributions to Fashion Cultures and Media – Canadian Perspectives aim to celebrate, promote, and strengthen these interdisciplinary collaborations in Canada.

Cultures et médias de la mode – Perspectives canadiennes

Editrices | Katrina Sark et Elena Siemens

Ce numéro spécial consacré aux Cultures et médias de la mode présente le fruit de recherches interdisciplinaires et de création artistique du Canadian Fashion Scholars Network. Fondée en 2014, cette association regroupe des chercheurs canadiens ainsi que des artistes de mode, des dessinateurs et d’autres professionnels de la mode au Canada. Les symposiums annuels du Réseau se sont tenus à Montréal (Musée McCord, 2014), Vancouver (Musée de Vancouver, 2015), et Toronto (Bata Shoe Museum , 2016). Ce numéro comprend des sections sur “Le Canada consommateur,” “La Culture de la mode” et “Les Médias de la mode” ainsi que deux introductions critiques écrites par les co-éditrices. Comme le démontrent les contributions académiques et artistiques à ce volume, les médias et les cultures de la mode sont inextricablement liées. Les études critiques des médias et des cultures de la mode sont encore largement sous-représentées au Canada. L’analyse des cultures de la mode nécessite des approches et des méthodologies interdisciplinaires et comparatives. Cela présuppose une compréhension de la mode et de la culture comme un réseau complexe d’analyse culturelle qui peut révéler des aspects multiples, voire contradictoires, et représenter un défi pour des chercheurs et des critiques formés dans les domaines du féminisme, de l’histoire, de la théorie, de la littérature et des médias. Les contributions à Cultures et médias de la mode-Perspectives canadiennes visent à célébrer, promouvoir et renforcer ces collaborations interdisciplinares au Canada.